Sélectionner une page

Comment préparer un fichier d’impression réussi ?

Comment préparer un fichier d’impression réussi ?

13 octobre 2017
La réalisation d’un fichier Print peut s’avérer complexe. Couleurs, mise en page, images, dimensions et bien d’autres éléments sont à prendre en compte pour assurer un fichier d’impression réussi. Nous avons donc listé pour vous les spécifications techniques à respecter pour n’avoir aucun problème à l’impression de vos documents.

Cet article requiert un minimum de connaissances en PAO, sur des logiciels tels que Adobe InDesign et Illustrator par exemple. Si vous n’êtes pas graphiste, il peut tout de même vous être utile pour transmettre ces informations à la ou les personnes concernées.

1- Fonds perdus et marges

Les documents imprimés, quelle que soit la matière (papier, vinyle adhésif, bâche…), sont imprimés sur un format plus grand que le format final, puis découpés. C’est ce qui permet d’avoir des fonds perdus (l’impression va jusqu’au bord du format, sans marge blanches comme sur les imprimantes de bureau). Cependant les machines de découpe, aussi sophistiquées soient-elles, ont toujours une petite marge d’erreur. Cela oblige ainsi à respecter des contraintes techniques, pour savoir où couper, et ne rien couper d’important.

Fonds perdus et traits de coupe

Les fonds perdus, comme leur nom l’indique, sont la partie imprimée du document qui sera perdue suite à la découpe au format. Prévoyez 5 mm de fonds perdus sur tous vos documents. Tout élément qui ira jusqu’au bord de la feuille, que ce soit un fond coloré, une ligne ou une photo, doit en fait dépasser de 5 mm le format fini. Pensez donc à ne rien y laisser d’important.

Les traits de coupe portent aussi bien leur nom : ce sont des repères nous servant à l’impression à savoir où couper le document. Ils doivent donc indiquer l’endroit exact de la coupe. Les logiciels de PAO les ajouteront automatiquement si vous cochez la case appropriée à la création d’un PDF. Des traits de plis sont aussi utiles dans le cas d’un dépliant.

Marges

Au-delà des marges esthétiques dont nous vous laisserons juges dans cet article, il y a un minimum technique à respecter. En effet la marge d’erreur à la découpe fonctionne dans les deux sens : ainsi en plus des 5 mm de fonds perdus, prévoyez à l’intérieur de votre document une “zone tranquille”, des marges de 5 mm minimum. Ces marges ne devront contenir aucun élément important, et surtout aucun texte, car il risque d’être légèrement tronqué à la découpe.

Ces dimensions sont des dimensions de sécurité, la découpe d’un document n’est dans les faits jamais décalée de 5 mm (1 ou 2 mm tout au plus quand il y a décalage), mais on n’est jamais trop prudent…

2- Les images

Les images peuvent être de 2 types : images en pixels ou vecteurs. Les images en pixels sont des photos par exemple : composées d’un certain nombre de pixels, on ne peut pas les agrandir à volonté sans finir par distinguer ces pixels les uns des autres et perdre en qualité d’image. Les vecteurs ou images vectorielles sont des illustrations (schémas, dessins, etc.) qui ne sont pas composées de pixels juxtaposés mais de vecteurs, ou courbes de Bézier, ce qui permet d’avoir des images agrandissables à l’infini sans jamais perdre en qualité. Leur utilisation est donc différente sur un document imprimable.

Les images en pixels

Ces images doivent sur le document final être à 300 dpi (dpi = dots per inch = points par pouce), c’est à dire qu’un pouce (2,54 cm) contient 300 points (ou pixels). Ainsi une image de 1000 pixels de large par exemple, sera exploitable à 8,47 cm de large. Attention, la grande majorité des images téléchargées sur internet ou prises de téléphone sont à 72 dpi (la résolution écran), elle sont donc exploitables en bien plus grand sur écran que sur papier.

Les images en pixels

L’impression utilise en général 4 couleurs : Cyan, Magenta, Jaune et Noir, c’est le système CMJN. L’utilisation d’encres mélangées réduit le spectre des couleurs. Les écrans quant à eux utilisent le bien plus riche spectre lumineux, avec le système RVB (Rouge Vert Bleu), qui correspond à celui de l’œil humain.

Pensez à créer votre document en CMJN et à n’utiliser dessus que des images en CMJN et des couleurs définies en CMJN. Autrement, vous risquez d’être surpris à l’impression, notamment sur les tons de vert ou de bleu intenses.

L’encre noire du système CMJN ne donne pas un noir très profond, ce qui est visible notamment quand on a de grands aplats noirs. Pour obtenir un noir bien profond à l’impression, utilisez les valeurs suivantes : C=40% M=30% J=30% N=100%. N’utilisez pas ce noir pour du texte ou de fines lignes, car le décalage entre les points des 4 couleurs risque de se voir, et votre texte / ligne apparaîtra flou·e.

Faites attention aux images ou fonds à l’opacité réduite : une image encore légèrement visible sur écran peut ne pas être imprimée, ou au contraire ressortir bien plus foncée. Vérifiez votre PDF destiné à l’imprimeur et faites des tests sur votre imprimante pour vérifier que tout s’imprime comme désiré.

Enfin soyez attentifs à ne pas trop étaler de légers dégradés : ils risquent de s’imprimer par paliers s’il y a trop peu de différence entre 2 couleurs sur une trop grande distance.

3- Les textes

Utilisez des polices dont vous avez les droits : soit les polices directement disponibles sur votre ordinateur, des polices que vous avez achetées ou des polices gratuites sans restriction d’usage. De nombreuses polices gratuites disponibles sur internet sont soit réservées à un usage personnel, soit incomplètes : soyez vigilants.

N’utilisez jamais de texte à une dimension inférieure à 5 points, c’est la limite légale, en dessous votre texte sera illisible. La moyenne pour du texte de labeur (c’est-à-dire des paragraphes de lecture) se situe entre 8 et 12 points (8 étant assez petit et 12 assez grand, l’idéal est généralement 10 points). Cela dépend néanmoins de la police utilisée.

4- Les différents types d’imposition

L’imposition est la façon dont on organise les pages d’un document pour l’impression, avant son assemblage (pour une brochure ou un livre) ou son pliage (pour un dépliant).

Les dépliants

Si votre dépliant n’a qu’un pli (pour une plaquette par exemple), pensez à mettre les pages 4 et 1 au recto (4 à gauche, 1 à droite) et les pages 2 et 3 au verso (2 à gauche, 3 à droite). Une fois le document plié vos pages se suivront normalement.

Avec plusieurs plis, il faut différencier les plis roulés et les plis accordéons. Dans le cas de plis roulés, le volet ou les volets qui se trouveront à l’intérieur du dépliant doivent être légèrement plus étroits (2 mm) pour ne pas gêner au moment du pliage. Dans le cas de plis accordéons tous les volets doivent faire la même largeur pour avoir un document harmonieux une fois plié. N’hésitez pas à faire de petites maquettes blanches en papier avant de créer votre document dans votre logiciel, cela pourra vous aider à repérer l’ordre des pages et leurs dimensions si elles sont différentes.

Les cahiers

Si votre document est une brochure (c’est-à-dire plié en deux, avec plus de 4 pages, nécessitant donc une reliure), conservez toujours un nombre de page multiple de 4. En général les brochures sont reliées par 2 points métal en-dessous d’un certain nombre de page (environ 80, cela dépend de l’épaisseur du papier notamment), puis en dos carré-collé au-dessus. Dans ce dernier cas l’imprimeur vous communiquera la tranche (largeur du dos) à prévoir entre vos couvertures.

En résumé

Le document que vous fournirez à l’imprimeur doit être un PDF à la norme X1-a (norme de PDF d’impression, disponible au moment de l’export du PDF depuis votre logiciel de PAO) :

  • avec 5 mm de fonds perdus
  • avec 5 mm de marges
  • avec des traits de coupe / de plis
  • en CMJN
  • avec les images soit vectorisées soit à 300 dpi
  • avec les polices incorporées, dont vous avez le droit de vous servir
  • sans aucun texte inférieur à 5 points

Si votre document est destiné à être distribué dans la rue ou en boîtes aux lettres, il doit contenir la mention “Ne pas jeter sur la voie publique” et la mention de l’imprimeur.

 


Nous espérons que cet article vous sera utile, et que vous comprendrez mieux pour quelles raisons toutes ces contraintes sont nécessaires à l’impression d’un document de qualité.

Http5000 propose des services de graphisme et d’imprimerie. Vous pouvez bien entendu nous confier la réalisation de vos documents de la conception à la livraison, mais aussi faire appel à ces services séparément.

Ceci peut vous intéresser

http5000 - Agence de communication lyonnaise depuis 2000

Restons en contact

Des infos pertinentes, des idées, pas de spam, laissez nous votre mail.

Inscription confirmée, merci!

Pin It on Pinterest