Sélectionner une page

Le mailing est un excellent outil de communication. Des promotions ponctuelles aux newsletters récurrentes, l’email marketing vous permet d’entretenir le contact avec vos clients, leads et prospects, et de vous rappeler à eux au bon moment. Mais pour bien utiliser cet outil, il faut savoir quel objectif viser. Combien de destinataires doivent ouvrir votre mail pour considérer la campagne comme un succès ? Pour améliorer vos pratiques, ou maintenir leur qualité, il faut analyser et savoir cela.

Aujourd’hui, nous vous donnons quelques indications sur les taux d’ouverture et de clic à viser, et le taux de rebond maximum qui reste acceptable selon les moyennes.

 

 

Mon taux d’ouverture est-il bon ?

Comme son nom l’indique, le taux d’ouverture indique combien de destinataires ont ouvert votre mail, sur la totalité des contacts auxquels vous l’avez envoyé.

On le calcule facilement : nombre d’ouverture du mail / nombre de destinataires total * 100

Ce taux permet d’évaluer la qualité de votre objet de mail (c’est principalement lui qui incitera à ouvrir ou non un mail) et la qualité de votre liste de destinataires.

D’ailleurs, pour optimiser vos chances d’obtenir un bon taux d’ouverture, quelques bonnes pratiques peuvent vous aider et, surtout, certains types d’objet sont à éviter absolument. Retrouvez justement 8 objets de mail qui feront fuir vos destinataires !

Les logiciels d’emailing le calcule généralement automatiquement.

Un bon taux d’ouverture est supérieur à 10%. Au-delà de 30%, c’est un excellent taux. En-dessous de 10%, c’est insatisfaisant.
La moyenne tous secteurs confondus était de 23% pour du BtoB et de 29% pour du BtoC en 2017.

 

Mon taux de clics est-il bon ?

Avant tout, le taux de clics correspond aux nombres de contacts qui ont ouvert un lien inclus dans votre mail, par rapport au nombre de mails que vous avez envoyés.

Son calcul : nombre de clics sur un lien dans votre mail / nombre de mails envoyés * 100

Il vous renseigne sur la pertinence du contenu de votre mail, et sur l’attrait de vos liens par rapport à votre cible.

Comme le taux d’ouverture, il est généralement calculé automatiquement pour les outils d’emailing.

Un taux de clics inférieur à 1% est insatisfaisant. De 1 à 3%, on parle d’un bon taux de clics. Au-delà de 3%, c’est excellent.
Tous secteurs confondus, le taux de clics moyen était de 3.50% en BtoB et de 4.20% en BtoC, en 2017.

 

Qu’est-ce que le taux de réactivité ?

Le taux de réactivité suit le même principe que le taux de clic ; la différence est que le taux de clic se base sur l’ensemble des contacts à qui vous envoyez un mail, le taux de réactivité, lui, se concentre sur les contacts qui ont ouvert votre mail et cliqué sur un lien.

On le calcule donc simplement ainsi : nombre de clics sur un lien dans votre mail / nombre de mails ouverts * 100

 

Les taux indésirables

 

Le taux de rebond ?

Le taux de rebond correspond au nombre de mails qui ne sont pas délivrés correctement, et qui sont renvoyés à l’expéditeur avec un message d’erreur.

Il existe 2 types de rebond (nommés “bounce” en anglais) :

  • Les soft bounce : l’adresse mail du destinataire est momentanément indisponible (messagerie pleine, erreur spécifique, etc.).
  • Les hard bounce : l’adresse mail du destinataire n’existe pas ou plus.

Les rebonds sont évidemment gênants : ils signifient que votre base de données de contact n’est pas forcément viable. Et plus vous cumulez les rebonds, plus vous risquez d’être perçu comme du spam la prochaine fois.
Le mieux est donc de ne jamais générer de rebond. Pour optimiser votre délivrabilité, nettoyez régulièrement votre base de données pour supprimer les adresses qui n’existent plus et, surtout, n’ajoutez pas des contacts sans leur accord ! D’autant plus avec le RGPD mis en place depuis mai 2018.

Le taux de rebond se calcule ainsi : nombre de mails non délivrés / nombre de mails envoyés * 100

 

Le taux de spam ?

Ici, le nom est plutôt parlant. Il s’agit du nombre de contact qui ont déclaré votre mail comme étant du spam, du courrier indésirable. Une chose que vous voulez absolument éviter.

Un taux de spam supérieur à 0.1% peut suffire à vous condamner aux yeux d’un FAI (Fournisseur d’Accès à Internet) et à vous classer automatiquement comme étant du spam. Une autre excellente raison de ne pas ajouter de force des contacts à votre base de données.

On calcule le taux de spam comme suit : nombre de dénonciation pour spam / nombre de mails envoyés * 100

 


Nous espérons que ces explications vous aideront à y voir plus clair et à mieux jauger la réussite de vos campagnes mail.

http5000 - Agence de communication lyonnaise depuis 2000

Restons en contact

Des infos pertinentes, des idées, pas de spam, laissez nous votre mail.

Inscription confirmée, merci!

Pin It on Pinterest