Sélectionner une page

Le monde du commerce digital est complexe et vaste. D’autant plus que de nombreux termes anglais s’y invitent et prennent parfois le dessus sur leur pendant français. Ainsi, on peut nommer par exemple le local content marketing, ou marketing de contenu local.

Aujourd’hui, nous allons détailler un autre anglicisme du secteur de la vente digitale : la marketplace. Un terme d’autant plus complexe à appréhender que sa signification a évolué avec le temps.

Ce qu’était une marketplace à l’origine

Nommée place de marché en français, la marketplace était au départ un site Internet de mise en relation entre un ou plusieurs acheteurs et fournisseurs professionnels. Cela ne concernait donc que des transactions professionnelles (BtoB), notamment pour des réponses à des appels d’offre.

La définition a légèrement évolué depuis, s’étendant notamment à la vente de professionnels à particuliers (BtoC), et même entre particuliers (CtoC).

 

Une mise en relation entre l’offre et la demande

A présent, c’est ainsi que l’on nomme la partie d’un site où des vendeurs indépendants, professionnels ou particuliers, peuvent vendre leurs produits en ligne. En échange, le site prélève une commission sur chaque vente effectuée, que cela concerne la vente d’un produit ou d’un service.

Les plateformes d’e-commerce tels que Rueducommerce, Amazon, PriceMinister ou CDiscount vendent des produits de leurs enseignes respectives. Mais elles proposent aussi une mise en relation entre des acheteurs et des vendeurs particuliers et professionnels.
Ainsi, lorsque l’on achète un livre sur Amazon, le vendeur peut être directement Amazon, ou bien un libraire, voire même un particulier qui veut revendre son exemplaire. Dans ces deux derniers cas, Amazon est donc une marketplace. Tandis que pour la partie vente/achat de produits Amazon sur Amazon, on parlera seulement de site e-commerce.

 

Une visibilité accrue et des ventes autonomes

Les vendeurs de marketplaces profitent de la visibilité offerte par les sites en question, de leur trafic mais aussi de leurs outils d’e-commerce (paiement en ligne, etc.). Ils sont aussi chargés de l’exécution des commandes (emballage, expédition, service après vente, possible garantie sur le produit, etc.).

Les gérants de la marketplace sont en effet là pour assurer la mise en relation acheteur/vendeur dans un cadre sécurisé. Les commandes, quant à elles, relèvent des responsabilités des vendeurs, quand bien même les marketplaces proposent évidemment certaines garanties. Notamment, en cas de colis avéré perdu, certaines marketplaces remboursent l’acheteur et paient quand même le vendeur.

 

En termes de marketplaces célèbres, on peut aussi nommer BlaBlaCar ou Fnac.com.
Et les applications mobiles ne sont pas en reste, loin de là. En effet, l’une des marketplaces les plus célèbres est l’App Store d’Apple. Le Play Store de Google n’est pas loin derrière.

Les marketplaces sont donc partout, allant jusqu’à avoir le monopole sur les applications mobiles. En effet, il est difficile de proposer une application aux consommateurs sans passer par un Store. Côté web, elles sont bien implantées et les plus célèbres sont devenues incontournables au cours de la dernière décennie.

Cedric P

Cédric met en œuvre son expertise en rédaction web et en Community management pour aider les TPE à émerger sur le web. Il est spécialisé en Content marketing et possède la certification Inbound marketing.

http5000 - Agence de communication lyonnaise depuis 2000

Restons en contact

Des infos pertinentes, des idées, pas de spam, laissez nous votre mail.

Inscription confirmée, merci!